Page acceuil

 

Respyr n°96 janvier/février/mars 2020

Blanc. Lorsque les couleurs s’estompent, c’est un autre monde qui se révèle. Celui des formes, des textures. Celui des scintillements, des contrastes. Noir, blanc. La poésie murmure, fredonne doucement à nos yeux, nous envahit. Le vent, la fraîcheur, la brume, deviennent tantôt présence amicale, tantôt obstacle poussant au dépassement. Blanc, noir. Un pas. Un autre. Un pas, un autre. Un pas, un autre… Le rythme, le froid, les crissements sourds de la neige, hypnotisent. Blanc, noir, blanc, noir. Dans cette torpeur, l’esprit s’envole vers d’autres contrées ; les contrées des géants, les contrées microscopiques, les contrées féeriques. Blanc, noir. Les tracas peuvent bien surgir, ils n’auront pas la même saveur qu’en bas. Plus dangereux, plus beaux. Noirs, blancs. Yin et yang.