Disparition de Jacques Jolfre – Les Pyrénées en deuil

Publié le 30 Oct 2020

Le 30 septembre dernier disparaissait à l’âge de 83 ans Jacques Jolfre, suite aux complications de sa maladie d’Alzheimer.

Cet homme passionné, doté d’une grande ferveur et d’une détermination sans faille avait attrapé le virus de la montagne en explorant d’abord ses entrailles. Une activité à laquelle il s’adonna avec passion avec ses proches et surtout avec son mentor et grand ami Norbert Casteret qui savait indéniablement transmettre cette passion de la spéléologie à tous ceux qui eurent la chance de partager ses aventures sous terre. À l’actif de Jacques Jolfre, plus de 900 explorations souterraines, 187 descentes dans le gouffre d’Esparros qu’il affectionnait tant (avant son aménagement) sans oublier l’exploration de ce gouffre situé dans le massif du Marboré qui porte le nom de son prospecteur : le gouffre JJ (- 585 m).

S’il aimait le monde souterrain, Jacques Jolfre fut par la suite un grand amoureux des Pyrénées qu’il sillonnera sans relâche, appareil photo en mains. Dès lors, il n’y aura pas un endroit du massif qui ne sera pas représenté sur sa pellicule (sa photothèque compte quelques 50 000 clichés). De cette vie trépidante et enthousiaste, il en avait fait un art de vivre et une priorité et ce malgré cet accident de la route survenu un soir de mars 1981 en Espagne qui faillit lui être fatal (un stupide camion doublant en plein virage). Mais sa force et sa détermination eurent raison de ses souffrances. Un an après, pour sa première sortie, il grimpera au Pic du Gar accompagné par sa nièce Isabelle. 1000 mètres de dénivelés avec deux béquilles en main, arrivant au bout du chemin par la seule force de sa volonté.

Combien de diaporamas dans les écoles, de conférences, de bivouacs, de magnificences et de voluptés sur les sommets, sans parler de son travail méticuleux et acharné dans la réalisation de chacun de ses livres sur les Pyrénées (36 ouvrages au total). Tout pyrénéiste qui se respecte possède au moins un livre de Jacques Jolfre dans sa bibliothèque. Humble et discret, ne faisant guère de bruit dans les médias, il a su garder son intégrité et son intimité bien qu’ayant sa place chez les plus grands pyrénéistes de notre époque. Une carrière hors norme que Respyr évoquera prochainement dans un portrait plus détaillé.

Laurent Lafforgue

Partager

Articles similaires

Faire ses traces dans les Vallées de Gavarnie

Faire ses traces dans les Vallées de Gavarnie

Les premières chutes de neige ouvrent la voie à l’exploration des montagnes immaculées. Des forêts de Barèges aux grands plateaux du Val d’Azun en passant par la vallée de Luz-Saint-Sauveur, Cauterets ou encore Argelès-Gazost et Hautacam, le terrain est vaste pour...

Refuges en travaux : où en est-on ?

Refuges en travaux : où en est-on ?

Les couleurs d’automne sont là. C’est généralement à cette période que les travaux entrepris dans les refuges cessent pour reprendre durant le printemps, lorsque les conditions redeviennent plus favorables. Profitons-en pour faire un point sur les refuges français en...